Se repérer et se déplacer dans l’espace en utilisant des repères est une compétence fondamentale à la base de nombreux autres apprentissages essentiels aussi bien scolaires que du quotidien. Pour les personnes porteuses d’autisme ayant des difficultés de structuration de l’espace marquées, être à l’aise avec ces notions de repérage puis de déplacement demandera du temps et passera par un apprentissage important, progressif et comme toujours pensé autour d’une approche explicite, visuelle et à manipuler.

Pour progresser vers ces objectifs, le quadrillage peut s’avérer être un allier de poids. Il permet d’apporter une trame visuelle facilitant la structuration de la pensée dans le développement des compétences spatiales en deux dimensions.

Ce premier article et les suivants visent à vous détailler une approche qui me semble répondre aux besoins des élèves de mon dispositif pour les accompagner au mieux vers l’utilisation d’un quadrillage comme repère spatial. Ils sont organisés selon la progression suivante :

- 1 [Repérage spatial] Se repérer sur un quadrillage (article actuel)

- 2 [Repérage spatial] Se déplacer sur un quadrillage

- 3 [Repérage spatial] Reproduire à l'aide d'un quadrillage

- 4 [Repérage spatial] La symétrie axiale à l'aide d'un quadrillage

Développer une motivation à la découverte des quadrillages

Travailler sur le repérage dans l’espace va demander des efforts importants pour de nombreux élèves. Il était donc important à mes yeux de chercher une entrée ludique permettant de créer une motivation suffisamment forte pour les aider à s’inscrire dans les activités de repérage visuo-spatial.

Beaucoup de jeux utilisent le quadrillage comme support de progression mais leurs caractéristiques ne les rendent pas tous suffisamment ludiques ou attirants pour les élèves. Il fallait également sélectionner un jeu permettant de s’inscrire dans la progression choisie pour travailler sur le quadrillage (repérage ; déplacement ; reproduction).

Comme point de départ, j’ai personnellement opté pour l’achat d’un jeu de plateau / d’aventure nommé Krosmaster JUNIOR qui propose aux enfants de s’engager dans des aventures en déplaçant des personnages sur un quadrillage. Ce jeu présente les avantages d’être créé autour d’un univers coloré, plaisant, connu de certains élèves (univers identique que celui des dessins animés DOFUS ou WAKFU) et avec du matériel concret à manipuler (personnages, tuiles illustrées, plusieurs plateaux de jeu sous forme de quadrillage).

L’idée n’est pas d’utiliser le jeu de façon clef en main (règles trop complexes et trop nombreuses dans un premier temps) mais plutôt d’utiliser son attrait et son matériel pour inscrire les élèves dans des tâches scolaires adaptées visant à développer les compétences ciblées associées au repérage sur quadrillage.

Les plateaux de jeu ont l’avantage d’être au nombre de 4, variés et attirants pour la plupart des élèves.

Malheureusement, bien qu’attractifs, leur côté esthétique présente aussi l’inconvénient d’apporter beaucoup d’informations qui estompent les repères apportés par le quadrillage ce qui n’aide pas certains élèves à fixer leur attention. Ils sont donc plutôt à considérer comme des supports favorables à la généralisation de compétences de repérage sur quadrillage déjà bien ancrées. On pourra par exemple les utiliser comme des renforçateurs de fin d’activité tout en introduisant dans un premier temps la notion de repérage avec des quadrillages simplifiés (à introduire en fonction des besoins de l’élève).

Certaines étiquettes proposées dans les adaptations présentées dans la suite de cet article sont donc directement tirées de ce jeu de plateau. Travailler en partant de ce jeu n’est bien entendu pas une obligation. Il existe très probablement d’autre jeux / supports qui présentent les mêmes avantages que l’on pourra utiliser pour aider les élèves à progresser. Si vous n’avez pas ce jeu, qu’il ne vous convient pas, ou que vous ne souhaitez tout simplement pas l’acheter, cela ne vous empêchera pas de conserver la logique d’utilisation des adaptations proposées tout en les complétant de votre matériel personnalisé (pions à manipuler, étiquettes, …).

Introduire le quadrillage comme une aide au repérage visuel

Proposer une approche progressive et explicite

Apprendre à se repérer est le prérequis pour ensuite aller plus loin et diversifier l’utilisation du quadrillage avec d’autres activités. Ce premier article se focalise donc sur la découverte du quadrillage comme un outil de repérage spatial.

L’approche proposée ci-après est assez classique et reposera sur l’utilisation de coordonnées (lettres et chiffres) pour coder un emplacement. Pour être cohérent avec la logique du jeu à adapter et pour des raisons pratiques liées aux contraintes de manipulation (scratchs), les supports présentés dans cette partie s’intéressent au repérage de cases. Si vous souhaitez plutôt travailler le repérage spatial à l’aide des nœuds, je vous invite à lire la dernière partie de cet article qui propose d’autres supports.

Un quadrillage est une structuration de l’espace aidante sous réserve que son utilité soit comprise. Pour faciliter cette compréhension, il me parait important d’introduire les choses de façon progressive à l’aide de supports qui se complexifient au rythme de l’élève.

Pour m’inscrire dans cette logique, je propose dans un premier temps aux élèves de s’intéresser à l’emplacement d’un des personnages du jeu (figurine physique) sur un tout petit quadrillage (2 cases x 2 cases) qui minimisera les possibilités et facilitera la mise en situation de réussite.

Pour rendre ce codage à l’aide des coordonnées le plus explicite possible, il m’a paru également important de mettre à disposition des élèves un support de codage faisant un rappel du personnage à chercher et permettant de déterminer ses coordonnées en deux gestes simples de manipulation. On en revient donc à l’utilisation d’étiquettes à scratcher dans des emplacements réservés et mis en évidence.

L’approche à adopter pour introduire au mieux cette activité de découverte des coordonnées auprès de l’élève dépendra bien entendu de ses besoins. Commencer par expliciter les choses par la démonstration sans erreur en plaçant le personnage aux coordonnées indiquées sur le support peut cependant s’avérer être une entrée adaptée au plus grand nombre en raison de l’unique manipulation demandée (placer un objet attractif). L’objectif sera bien entendu de varier petit à petit les entrées en guidant l’élève vers le codage des coordonnées de l’emplacement du personnage à l’aide des étiquettes à scratcher (lettres et chiffres).

Placer le personnage aux coordonnées indiquées

Coder l'emplacement du personnage à l'aide des étiquettes des coordonnées à scratcher

Une fois le repérage et le codage de coordonnées bien ancrés sur le plus petit quadrillage, il est possible de proposer la même activité tout en augmentant progressivement la taille de ce dernier. J’ai personnellement opté pour l’augmentation du nombre de colonne (quadrillage de 2 x 5) puis du nombre de lignes (quadrillage de 5 x 5). Quand cela est possible, les élèves passent finalement au format A3 pour atteindre des quadrillages plus conséquents de (8 x 8) à (8 x 11).

Finalement, pour aider les élèves à se détacher des objets à manipuler, il est possible d’utiliser des étiquettes à scratcher. Pour cela, j’utilise les quadrillages de (5 x 5), de (8 x 8) et de (8 x 11) équipés de scratchs.

Les supports adaptés présentés ci-dessus sont téléchargeables ci-après :

Quadrillages A4

Quadrillages A3

Support coordonnées cases

Etiquettes à scratcher

Des défis pour ancrer la compétence

Pour réinvestir et ancrer les compétences acquises ou en cours de consolidation, il est important de s’inscrire dans une logique de répétition puis de pratique régulière.

Dans cette logique, j’ai choisi de proposer à mes élèves des défis basés sur le positionnement de plusieurs objets aux bonnes coordonnées. Ils ont été pensés de manière à utiliser les repères introduits par les précédents supports adaptés tout en réinvestissant une partie du matériel existant (quadrillages de 5 x 5 avec scratch).

Ces défis se présentent sous forme de fiches organisées par thème et accompagnées de leur solution. Les fiches solutions peuvent être utilisées comme support visuel d’autocorrection si cela convient à vos élèves.

Les défis disponibles ont été construits à partir des centres d’intérêts des élèves de mon dispositif. La liste sera complétée en cas d’ajout de nouveaux thèmes personnalisés.

Les étiquettes nécessaires à la réalisation des défis sont téléchargeables avec les étiquettes à scratcher du précédent paragraphe. Pour télécharger les fiches défis, c’est par ici que ça se passe :

Fiches défis (imprimables en recto verso)

Passer au format papier pour se détacher de la manipulation

Suite aux précédentes étapes de manipulations, il est important d’aider les élèves à se détacher du matériel pour réinvestir leurs acquisitions. J’opte personnellement pour la réalisation de fiches d’exercices reprenant des repères familiers issus des supports adaptés.

Ces fiches sont organisées en deux séries. Une première demandant aux élèves de coller des étiquettes d’objets en fonction des coordonnées indiquées et une seconde se focalisant sur la tâche inverse de coder l’emplacements d’objets préalablement placés.

Vous pouvez télécharger ces deux séries de fiches d’exercices en cliquant sur les icônes ci-dessous :

Fiches exercices placement

Fiches exercice codage

L’utilisation des nœuds comme aide au repérage

Le repérage sur quadrillage peut également être basé sur le repérage des intersections des traits (nœuds) plutôt que des cases. Si vous préférez opter pour ce type de repérage ou que vous souhaitez simplement le travailler en complément, les supports suivants reprennent la logique exposée dans cet article et l’adapte au repérage des nœuds.

Ces adaptations peuvent être téléchargées ci-après :

Quadrillages A4 noeuds

Supports coordonnées noeuds