Après avoir introduit le quadrillage comme un outil de repérage spatial, il est intéressant d’aller plus loin en construisant la notion de déplacement. En effet, le quadrillage n’est pas qu’un outil pour repérer des emplacements statiques (coordonnées). Il peut servir de base visuelle pour se créer un parcours un utilisant les cases ou les nœuds comme repères spatiaux. Il pourra ainsi s’avérer être une aide précieuse pour aider les élèves à construire cette compétence de déplacement dans l’espace imposant de savoir se repérer tout en planifiant des actions pour atteindre un objectif.

Vous pouvez consulter les autres articles de cette série en cliquant sur les liens ci-dessous :

- 1 [Repérage spatial] Se repérer sur un quadrillage

- 2 [Repérage spatial] Se déplacer sur un quadrillage (article actuel)

- 3 [Repérage spatial] Reproduire à l'aide d'un quadrillage

- 4 [Repérage spatial] La symétrie axiale à l'aide d'un quadrillage

La manipulation d’objets concrets pour expliciter les déplacements

Comme à mon habitude, j’inscris mes propositions d’adaptations dans une logique de progression du concret vers l’abstrait. On introduira donc le déplacement sur quadrillage à travers des manipulations concrètes en réutilisant le matériel présenté dans l’article traitant du repérage (lien) sur quadrillage (quadrillages, étiquettes à scratcher, figurines, ...) auquel on ajoutera quelques supports inédits. Dans une logique de progressivité, on commencera par introduire les déplacements sur le quadrillage de 5 x 5 à scratcher avant de passer aux quadrillages A3.

Les adaptations proposées se focalisent sur les déplacements de case en case et non pas de nœud en nœud. J’ai priorisé cette approche avec pour objectif de progresser dans mon projet de faire jouer mes élèves sur les plateaux du jeu Krosmaster utilisant le déplacement de case en case.

Des objets à déplacer attractifs

Pour rendre explicites les déplacements, les élèves utilisent les figurines manipulables (du jeu Krosmaster dans le cas présent) et les déplacent sur le quadrillage vers des objectifs concrets. Les élèves apprécient les défis ludiques comme par exemple déplacer la figurine pour qu’elle trouve un trésor.

Il est bien entendu possible d’utiliser tout type de matériel compatible avec la taille des cases du quadrillage qui permettra de créer des situations d’apprentissages adaptées à l’élève et à ses centres d’intérêt.

Utiliser du matériel pour rendre concret le codage des déplacements

Une fois les objets à déplacer choisis, il est important d’associer le déplacement à une manipulation permettant de le représenter de façon explicite. J’ai opté pour l’utilisation de flèches à scratcher sur les cases du quadrillage. En fonction des besoins des élèves, je leur propose de travailler dans un premier temps avec des flèches de couleur associées aux quatre directions (haut, bas, droite et gauche) ou de passer directement aux flèches grises à orienter dans la bonne direction.

Il est possible d’utiliser ces étiquettes pour coder directement un déplacement sur le quadrillage ...

… ou de se servir d’une bande de codage pour planifier un déplacement hors quadrillage.

Ces supports sont téléchargeables en cliquant sur les illustrations ci-dessous :

Flèches de codage

Bandes de codage A3

Des décors pour créer des situations d’apprentissages concrètes, ludiques et adaptées

En plus de rendre explicite le codage des déplacements, il est important de renforcer la motivation des élèves pour favoriser leur investissent dans les activités en diversifiant les entrées proposées. Avec les déplacements sur quadrillage, on se rapproche d’une logique de jeu de plateau et il est assez facile de créer des situations attirantes pour les élèves.

L’idée est donc de varier les situations proposées aux élèves pour éviter la lassitude. Pour cela, j’ai décidé de compléter le matériel en créant des décors en trois dimensions compatibles avec les quadrillages à scratcher. Ces derniers permettent de rendre vivantes les situations d’apprentissages tout en contrôlant la difficulté de la tâche proposée (chemins plus ou moins guidés par les éléments de décor).

Les éléments de décor ont été créés comme des éléments 3D qui représentent diverses choses comme des murets, des portes, ou encore des monstres (cliquez sur les photos pour les agrandir).

Murets droits

Murets angles

Murets portes

Arbres

Monstres

En les associant, vous pouvez créer de très nombreuses situations d’apprentissages plaisantes pour les élèves. Quelques exemples ci dessous :

Labyrinthe

Maison

Armée de monstres

Forêt

En plus du matériel en 3D, ces décors peuvent aussi être utilisés sous forme d’étiquettes à scratcher sur le quadrillage pour travailler la représentation en 2 dimensions.

Tous ces éléments de décor sont disponibles ci-après :

Décors murets et portes

Décors arbres

Décors monstres

Décors étiquettes 2D

Quelques idées pour utiliser ce matériel

Pistes de progression à personnaliser

L’un des points forts de ce matériel est de ne pas être enfermant dans les approches didactiques ou pédagogiques choisies. Il est possible de l’utiliser de très nombreuses manières différentes pour l’adapter à la fois aux besoins de l’élève et à la logique d’apprentissage choisie.

J’ai personnellement opté pour une logique de travail très progressive allant du codage direct sur le quadrillage par manipulation en allant vers le codage indirect sur la bande de codage demandant de planifier les étapes du déplacement. Les exemples suivants vous illustrent quelques idées d’activités que je propose à mes élèves. C’est bien entendu une liste non exhaustive que je vous invite à enrichir.

Coder directement sur le quadrillage

Pour expliciter le déplacement, mes élèves scratchent les flèches directement sur le quadrillage dans un premier temps. Les virages ne sont pas forcément tout de suite explicites, alors pour aider les élèves il est conseillé dans un premier temps de déplacer le personnage sur la dernière flèche placée pour mieux visualiser le mouvement suivant que le personnage devra effectuer.

Comme activité pour introduire les flèches de codage, je propose à mes élèves d’aller chercher un trésor en allant simplement en ligne droite. Pour cela, je guide le mouvement à l’aide des murets.

Codage guidé pour expliciter l'utilité des flèches de codage

Une deuxième activité possible reprenant l'idée de parcours guidé mais complexifiée la présence d’un virage :

Codage guidé pour introduire le changement de direction

Puis des activités de codage d’un déplacement libre vers un objectif. Le matériel n’est plus là pour guider mais pour créer une situation ludique. Les décors peuvent aussi être utilisés pour placer des obstacles. Ainsi, cela demande à l'élève d'adapter son déplacement et permet d'éviter l'enfermement dans une stratégie de déplacement unique.

Coder librement un chemin

Une bande de codage pour planifier un déplacement

Une fois le codage direct des déplacements sur quadrillage acquis, j’introduis auprès des mes élèves la bande de codage. Progressivement, on apprend à planifier les déplacements hors du quadrillage en utilisant ce nouvel outil.

Pour donner du sens à la bande de codage, les élèves utilisent un parcours codé sur cette dernière pour retrouver le bon emplacement d’un objet.

Trouver le bon emplacement du trésor

Les premiers codages faits par les élèves sur la bande réinvestissent leurs acquis de codage du déplacement directement sur le quadrillage. Je leur demande simplement de coder un déplacement sur le quadrillage puis de le reporter sur la bande dans un second temps.

Transposition d'un codage direct (sur le quadrillage) sur la bande de codage

L’objectif ultime pour les élèves est d’être en capacité de planifier un déplacement sur la bande de codage uniquement en observant le quadrillage et en s’aidant des repères visuels (les cases dans notre cas). Pour travailler cette compétence, on peut utiliser la bande et les flèches à scratcher comme uniques outils avant de valider la réponse en scratchant les flèches sur le quadrillage.

Codage sur la bande puis vérification par transposition sur le quadrillage

Se détacher de la manipulation en réinvestissant des visuels familiers

Une fois les déplacements travaillés à l’aide du matériel, il est possible de proposer aux élèves de les réaliser sur format papier. L’objectif étant bien entendu d’ancrer la compétence en se détachant des étayages proposés (matériel de manipulation).

Les fiches d’exercices ci-dessous reprennent les visuels du matériel de manipulation utilisé de manière à ce que les les élèves s’appuient sur des repères familiers et se détachent plus facilement de la manipulation.

Fiches codage sur quadrillage

Fiches codage sur quadrillage paysage

Fiches codage sur bande

Fiches codage sur bande paysage